Le Vénérable Père Marie-Antoine de Lavaur, capucin, appelé Le Saint de Toulouse (1825-1907)
   

Menu général

Fermer Le Père Marie-Antoine de Lavaur, Capucin

Fermer Témoignages

Fermer Revue de presse

Fermer L'association

Fermer Initiatives locales

Fermer Notre action

Fermer Notre action - Commandes - Adhésions

Fermer Le temps de la reconnaissance

Fermer La cause de sa béatification

Fermer Son œuvre rééditée

Fermer Lengua española

Fermer Lingua italiana

Fermer Lingua portuguesa

Fermer Étude sur le Père Marie-Antoine

Fermer Gros plans sur sa vie

Fermer L'Œuvre du Pain des Pauvres de St-Antoine

Fermer Le P. Marie-Antoine missionnaire des enfants

Fermer Le Père Marie-Antoine vu par les artistes

Fermer Les Capucins en France

Fermer Les chemins de sainteté du P. Marie-Antoine

Fermer Lourdes: L'Apôtre de Lourdes

Fermer Lourdes: La Montagne sainte des Espélugues

Fermer Parole d'apôtre...

Fermer Poèmes au Ciel

Fermer Prières

Pour  utiliser  la   fonction
RECHERCHE   ci-dessous,
entrer le  mot   recherché
dans
la zone  blanche  et
cliquer   sur
   le    bouton
            Rechercher
Recherche




Calendrier
Visites

   visites

   visiteurs en ligne

Webmaster - Infos
L'Œuvre du Pain des Pauvres de St-Antoine - 5. Il Santo dei Miracoli


LE SAINT DE TOULOUSE

Dans « Le Saint aux Miracles » de Janvier 2017

Voir en italien: (page 1)

                                                                                                                                                                         

Est en cours la cause de béatification du capucin Marie-Antoine de Lavaur qui puisa

sa profonde dévotion à saint Antoine dans son amitié avec notre fondateur Don Locatelli.

 

Notre fondateur, Don Antonio Locatelli, trouva dans le Père Marie Antoine un artisan intelligent et avisé de ses grands desseins, de sorte qu'un bon capucin ne dédaigna pas de transplanter en France notre Association Universelle Antonienne,et aussi de promouvoir notre coutume de distribution hebdomadaire du pain aux pauvres. Notre mensuel "Le Saint aux miracles " lui doit d’avoir été un ami et collaborateur précieux. Ses brillants articles, insérés d’abord dans ses pages, furent ensuite recueillis dans un livret dont il est l’auteur. Ils ont soulevé en France une immense admiration, ils étaient tellement semés de belles images, faciles et clairs quant au style, brûlants d'amour pour le céleste Thaumaturge.

Notre journal en 1907, après la mort du capucin P. Marie Antoine (avant de devenir religieux, il s’appelait Léon Clergue) le 8 Février 1907, dont les obsèques en présence de 50.000 personnes, déjà l'invoquait par le surnom du «Saint de Toulouse."

Dernièrement réapparue en France, l’édition historique du Père, "Les grandes gloires de Saint Antoine de Padoue », de 1893 à1931 diffusée à 600.000 exemplaires, témoigne de l'importance de cette personnalité en France, où a été introduite la cause de sa béatification en1928, réitérée à nouveau en 2005 par l’Association qui lui est dédiée.

Le livret met en évidence la relation avec le P. Locatelli, et la fameuse entrevue que ce dernier avait eu avec le pape Léon XIII, en 1881, alors qu’il conduisait à Rome un pèlerinage de Padoue. - «D’où venez-vous, mon fils? " a demandé le pape. - "De Padoue, Saint-Père." "- Quel bonheur! Aimez-vous beaucoup votre Saint, le grand Saint Antoine? ". "- Saint-Père, si je l'aime! Je suis né, j'ai grandi près de sa tombe, et j’ai la chance de porter son nom. " "- Oui, mais vous ne l'aimez pas encore assez, car il ne suffit pas qu’il soit vénéré par tous les membres de votre Association Antonienne. Là, il est juste le Saint de Padoue. C’est le Saint de partout dans le monde que vous devriez faire connaître». « De là est né, conclut le P. Marie Antoine, l'Association universelle de St. Antoine. Le Seigneur renouvela le travail de la Rédemption dans le monde et accomplit à la fin du XIXe siècle, ce qu'il a fait à la fin du XIIe siècle. En effet, inspirés, les Pontifes d’alors appelèrent au secours St. François à travers le Tiers-Ordre et Saint Antoine de Padoue à travers l’Association universelle.

Épaisse est la correspondance entre le P. Marie Antoine et Locatelli, appelé «vénérable ami, doux et cher », à partir de 1887. Lettres en français où le capucin, entre deux prédications dans les plus célèbres cathédrales de France, demande prières, souvenirs Antoniens, copies du "délicieux" journal italien et ce, en français, listes d'inscriptions de nouveaux associés, envoi des offres d’inscriptions pour les membres et pour célébrer des messes. Il propose ses conseils, envoie de délicates poésies au Thaumaturge, parle de ses travaux de «prédicateur» et s’engage à promouvoir dans le pays de France les célébrations du centenaire antonien (1895).

Le moine, à Padoue en 1887, fut l’invité durant quelques jours de Locatelli et participa à la distribution du pain aux pauvres. Initiative, qu’il pourra présenter à Louise Bouffier, la préconisant également, en 1888, pour une œuvre similaire à Toulon. Le capucin attribuera à Padoue parce qu’elle naquit en 1293 avec le miracle du petit Tommasino ressuscité, puis à Locatelli, la brillante idée de la distribution du pain qui était déjà le cas au moins depuis un an (1886) autour de Locatelli.` Soit dit en passant, Virgil Gamboso, le plus redoutable antonianiste d’aujourd'hui, parle d'une origine "à Padoue fin 1887et à Toulon à partir de 1890 ". Le Père Marie Antoine a beaucoup appris de Locatelli, en installant l’Œuvre, principalement en 1893 à l'église Saint-Porchaire à Poitiers, en la diffusant comme avec les statues de saint Antoine dont il était doté presque toutes les églises françaises.


La vie du Père Marie-Antoine

Il est né à Lavaur en 1825 dans une famille très religieuse. A onze ans, il entre au
séminaire et est élevé au sacerdoce en 1850, et nommé vicaire du curé de  Saint-Gaudens, où il est admiré pour sa piété, sa vie toute de mortification, de dévouement et d’amour envers les pauvres, qui sont les caractéristiques de toute son existence.

À 30 ans, c’est la vocation franciscaine. Il entre au noviciat des capucins le 13 Juin et deux ans plus tard, est envoyé à Toulouse pour fonder le monastère de la Côte-Pavée, où il demeurera sa vie restante. Symptomatique, l'invitation du supérieur: "Vous vous appelez Léon. Vous serez Frère Marie-Antoine! Saint Antoine a prêché à Toulouse, vous y prêcherez aussi. « 

Excellente écrivain, confesseur extraordinaire, prédicateur au verbe irrésistible, pour des auditeurs de tous âges et toutes conditions, dans les églises de France, où il attire d’abondance les âmes à Dieu en même temps par des miracles. Il disait: «Les hommes ne sont pas aussi mauvais que les gens pensent, plus ils sont mauvais plus ils sont malheureux. " La stature imposante, la barbe longue, le regard brillant, le sourire joyeux, débordant d'énergie, il ne craignait personne quant à ses dons naturels qui fascinaient.

S’ajoute à ses mérites antoniens la propagation de la dévotion à Marie Immaculée et Notre-Dame de Lourdes. Il introduisit dans ses sanctuaires les grands pèlerinages et processions aux flambeaux.

Les religieux chassés par gouvernement français en 1901, il passera le reste de sa vie au un couvent, comme un ermite, attendant la rencontre avec le Seigneur.



Retour:  (page 6) (page 7) (page 1) (page 2) (page 3) (page 4)

      Voir aussi: Paroles d'apôtre... St Antoine de Padoue... parlons-en avec le P. Marie-Antoine (suite)

 


Date de création : 26/12/2016 15:47
Dernière modification : 12/07/2020 11:54
Catégorie : L'Œuvre du Pain des Pauvres de St-Antoine
Page lue 985 fois


Prévisualiser Prévisualiser     Imprimer l'article Imprimer l'article


Association pour la mémoire du Père Marie-Antoine de Lavaur (APMA) 25 rue de la Concorde, 31000 Toulouse. Tél : 05 61 62 65 81. Présidente : Jacqueline Baylé.


^ Haut ^