Le Vénérable Père Marie-Antoine de Lavaur, capucin, appelé Le Saint de Toulouse (1825-1907)
   

Menu général

Fermer Le Père Marie-Antoine de Lavaur, Capucin

Fermer Témoignages

Fermer Revue de presse

Fermer L'association

Fermer Initiatives locales

Fermer Notre action

Fermer Notre action - Commandes - Adhésions

Fermer Le temps de la reconnaissance

Fermer La cause de sa béatification

Fermer Son œuvre rééditée

Fermer Lengua española

Fermer Lingua italiana

Fermer Lingua portuguesa

Fermer Étude sur le Père Marie-Antoine

Fermer Gros plans sur sa vie

Fermer L'Œuvre du Pain des Pauvres de St-Antoine

Fermer Le P. Marie-Antoine missionnaire des enfants

Fermer Le Père Marie-Antoine vu par les artistes

Fermer Les Capucins en France

Fermer Les chemins de sainteté du P. Marie-Antoine

Fermer Lourdes: L'Apôtre de Lourdes

Fermer Lourdes: La Montagne sainte des Espélugues

Fermer Parole d'apôtre...

Fermer Poèmes au Ciel

Fermer Prières

Pour  utiliser  la   fonction
RECHERCHE   ci-dessous,
entrer le  mot   recherché
dans
la zone  blanche  et
cliquer   sur
   le    bouton
            Rechercher
Recherche




Calendrier
Visites

   visites

   visiteurs en ligne

Webmaster - Infos
Son œuvre rééditée - 23 St François d'Assise - l'Indulgence de la Portioncule

L'ŒUVRE ÉCRITE DU PÈRE MARIE-ANTOINE RÉÉDITÉE


"Quand ma bouche ne pourra plus parler, que ceci parle encore"

 

PARU EN JUIN 2016

 Editions du Pech


SAINT FRANÇOIS D'ASSISE
L'INDULGENCE DE LA PORTIONCULE

Portioncule-couv.jpg

« Géant de la pauvreté et géant de l’amour, avec ces deux bras François étreint le monde, il le soulève et le rend au Christ. Le Christ donne toujours les moyens de la mission qu’il donne à remplir. Il a donné à saint François pour le monde l’Indulgence de la Portioncule. »

L’Indulgence de la Portioncule est le don exceptionnel que Dieu, par son divin Fils, a fait aux hommes de tous les temps à la demande de saint François d’Assise. On l’appelle encore Indulgence du Pardon d’Assise,  ou Indulgence du saint Pardon, ou encore Indulgence de Sainte-Marie des Anges. Elle est le symbole par excellence de la miséricorde infinie de Jésus par la médiation toute maternelle de la Vierge Marie.

Quand saint François en oraison l’adresse, pour tout le peuple chrétien pécheur, à Jésus venu le visiter avec Marie sa Mère dans la chapelle de la Portioncule, Jésus lui répond : « Ce que tu me demandes est grand. » Et lorsqu’il va la demander, « de la part de Jésus au Pape son Vicaire,  auquel Dieu a donné toute puissance de lier et de délier ici-bas », à son tour le pape Honorius trouve la demande exorbitante et l’interroge : « Tu veux l’Indulgence pour combien d’années ? » François répond : « Je ne veux point d’années mais des âmes. » Le pape, « inspiré du Saint-Esprit », lui accorde ce qu’il demande, « une Indulgence plénière de peine et de coulpe, à perpétuité, un jour entier chaque année. » Ce jour est, il l’est toujours, le 2 août chaque année.

L’année jubilaire 2016 de la Miséricorde coïncide avec les 800 ans du « oui » du Christ à saint François. Un grand anniversaire du privilège de l’Indulgence de la Portioncule, accordé par le pape Honorius dans le même été 1216. Comment ne pas se préparer à accueillir, chaque année, cette longue journée bénie du 2 août, dans l’humilité et la confiance, le cœur grand ouvert à la miséricorde reçue et donnée : le capucin, P. Marie-Antoine de Lavaur, est un excellent guide sur ce chemin-là.

 

 Dans quelles conditions peut-on gagner l’Indulgence de la Portioncule ? Et d’ailleurs, les Indulgences, cela existe encore ?


Oui, l’Indulgence est un cadeau de Dieu qui nous est donné par son Église. Voici ce qu’en dit le Catéchisme de l’Église catholique dans sa nouvelle édition française de 1998 : « L’indulgence s’obtient par l’Église qui, en vertu du pouvoir de lier et de délier qui lui a été accordé par le Christ Jésus, intervient en faveur d’un chrétien et lui ouvre les trésors des mérites du Christ et des saints pour obtenir du Père des miséricordes la remise des peines temporelles dues pour ses péchés. C’est ainsi que l’Église ne veut pas seulement venir en aide à ce chrétien, mais aussi à l’inciter à des œuvres de pitié, de pénitence et de charité (§1478).

« Puisque les fidèles défunts en voie de purification (c’est-à-dire au Purgatoire), sont aussi membres de la même communion des saints, nous pouvons les aider entre autres en obtenant pour eux des indulgences, de sorte qu’ils soient acquittés des peines temporelles dues pour leurs péchés (§1479).

En effet, « le pardon du péché (par le sacrement de la réconciliation) et la restauration de la communion avec Dieu entraînent la remise des peines éternelles du péché. Mais des peines temporelles du péché demeurent » (§1473), pour les vivants comme pour les morts. Et c’est là qu’interviennent les Indulgences.

« L’indulgence est partielle ou plénière, selon qu’elle libère partiellement ou totalement de la peine temporelle due pour le péché » (§1471) au moment où est gagnée l’indulgence.

« Tout fidèle peut gagner des indulgences pour soi-même (tout autre, en vie, en dehors de soi-même, en est exclu), ou les appliquer aux défunts » (§1471).


Ce que dit d’une autre façon le Pape François dans sa Bulle d’indiction de l’année jubilaire 2016 de la Miséricorde :  « Dans le sacrement de la Réconciliation, Dieu pardonne les péchés, et ils sont réellement effacés, cependant que demeure l’empreinte négative des péchés dans nos comportements et nos pensées. La miséricorde de Dieu est cependant plus forte que ceci. Elle devient indulgence du Père qui rejoint le pécheur pardonné à travers l’Epouse du Christ, et le libère de tout ce qui reste des conséquences du péché, lui donnant d’agir avec charité, de grandir dans l’amour plutôt que de retomber dans le péché. » La Pape incitant les chrétiens à « vivre l’indulgence de l’Année Sainte », c’est-à-dire à « s’approcher de la miséricorde du Père, avec la certitude que son pardon s’étend à toute la vie des croyants […]. Vivons intensément le Jubilé, en demandant au Père le pardon des péchés et l’étendue de son indulgence miséricordieuse. »

 

L’indulgence de la Portioncule a évolué avec les Papes et les siècles depuis saint François, dans le sens d’un élargissement des possibilités de la gagner quant aux lieux. Une page du texte du P. Marie-Antoine a été actualisée selon les directives de 1999 de la Pénitencerie apostolique. Un texte qui, par ailleurs, dans sa globalité, garde toute son actualité et sa profondeur.

                                                                                 

 Présentation très soignée, papier couché brillant, cahiers agrafés, format pratique.

40 pages. Prix public : 6,50 €. En vente dans les librairies et à l’APMA.
Sur commande en 23 (cliquer ici)

                                      Dans la même collection : - Le « Notre Père » à l’école de saint François d’Assise, 44 p. 8 €. (cliquer ici)Les Noëls du P. Marie-Antoine sur la terre et au ciel, 72 p. 8,50 €. (cliquer ici)


Date de création : 02/06/2016 10:41
Dernière modification : 01/10/2017 14:36
Catégorie : Son œuvre rééditée
Page lue 884 fois


Prévisualiser Prévisualiser     Imprimer l'article Imprimer l'article


Association pour la mémoire du Père Marie-Antoine de Lavaur (APMA) 25 rue de la Concorde, 31000 Toulouse. Tél : 05 61 62 65 81. Présidente : Jacqueline Baylé.


^ Haut ^