Le Vénérable Père Marie-Antoine de Lavaur, capucin, appelé Le Saint de Toulouse (1825-1907)
   

Menu général

Fermer Le Père Marie-Antoine de Lavaur, Capucin

Fermer Témoignages

Fermer Revue de presse

Fermer L'association

Fermer Initiatives locales

Fermer Notre action

Fermer Notre action - Commandes - Adhésions

Fermer Le temps de la reconnaissance

Fermer La cause de sa béatification

Fermer Son œuvre rééditée

Fermer Lengua española

Fermer Lingua italiana

Fermer Lingua portuguesa

Fermer Étude sur le Père Marie-Antoine

Fermer Gros plans sur sa vie

Fermer L'Œuvre du Pain des Pauvres de St-Antoine

Fermer Le P. Marie-Antoine missionnaire des enfants

Fermer Le Père Marie-Antoine vu par les artistes

Fermer Les Capucins en France

Fermer Les chemins de sainteté du P. Marie-Antoine

Fermer Lourdes: L'Apôtre de Lourdes

Fermer Lourdes: La Montagne sainte des Espélugues

Fermer Parole d'apôtre...

Fermer Poèmes au Ciel

Fermer Prières

Pour  utiliser  la   fonction
RECHERCHE   ci-dessous,
entrer le  mot   recherché
dans
la zone  blanche  et
cliquer   sur
   le    bouton
            Rechercher
Recherche




Calendrier
Visites

   visites

   visiteurs en ligne

Webmaster - Infos
Son œuvre rééditée - 19 Sainte Marie-Madeleine

L'ŒUVRE ÉCRITE DU PÈRE MARIE-ANTOINE RÉÉDITÉE


"Quand ma bouche ne pourra plus parler, que ceci parle encore"

 

 Editions du Pech


SAINTE MARIE-MADELEINE

"ELLE A BEAUCOUP AIMÉ"


M-Madeleine-Couv2.jpg 


Voici, du P. Marie-Antoine, la vie de sainte Marie-Madeleine, et le secret de cette vie, révélé par Jésus lui-même (Luc 7, 47) : elle a beaucoup aimé.


Oui, aimer. Mais, se demande-t-on aussitôt, aimer comment, pour que cet amour soit agréé par Dieu au point de lui faire oublier le reste, au point de faire d’une Marie-Madeleine la fille privilégiée de Dieu ?


Peu importe comment aimer, Dieu et les hommes, et parfois les hommes avant Dieu. De toutes façons, l’amour vient de Dieu, nécessairement de Dieu de qui vient tout bien. Chacun en fait ce qu’il peut, ce qu’il veut, il le triture, le noircit ou l’illumine. Et puis vient, si nous y aspirons, le temps de la purification de cet amour trop souvent dénaturé, perverti, dévoyé, abusé, égaré, au mieux endormi. Et, si nous n’y aspirons pas de nous-mêmes, nous y sommes fortement conduits –c’est une grâce- par les épreuves et la souffrance que le mal, si largement répandu sur cette terre, cause dans nos vies. Et alors, peu à peu ou brusquement, tout prend sa place: l’amour de Dieu, l’amour de soi, l’amour des autres, la qualité de cet amour qui implique prière, et générosité et humilité, comme une symphonie dont le créateur est Dieu, et l’instrument solo, la foi qu’il a mis dans nos cœurs. Il n’y a pas de recettes, il y a Dieu, laissons-le faire.


On a dit du P. Marie-Antoine qu’il fut l’apôtre de Marie, le prédicateur de la croix, il fut au moins autant le chantre de l’amour. Ceci explique cela et donc sa dévotion pour sainte Marie-Madeleine qu’il met, comme un phare, sur nos pas.


« La divinité cachée de Jésus, tout à coup révélée à Madeleine, la soulève, la transfigure et l’enflamme. C’est l’invisible qui la ravit et l’enchaîne, il n’y a rien d’humain, rien de sensible dans son amour, la foi seule en est le principe. Aussi Jésus lui dit-il cette grande parole, qu’on n’a pas assez remarquée, elle explique toute sa conversion et tout le mystère de l’amour : « Va en paix, ta foi t’a sauvée. »


Le P. Marie-Antoine choisit toujours la connaissance révélée par les Évangélistes, transmise par les Pères de l’Église et les grands mystiques, plutôt que celle de chercheurs ses contemporains peu enclins à intégrer l’action de Dieu dans la vie ordinaire des hommes. Il y puise ici largement, en parfaite harmonie avec un saint François de Salles, docteur de l’Église, et son Traité de l’amour de Dieu. Il atteint ainsi des hauteurs auxquelles invite le destin d’exception de sainte Marie-Madeleine dans le cœur de Jésus. Hauteurs vers lesquelles il sait, par des mots simples et des « réflexions pratiques », attirer et retenir.


« Admirer les saints ne suffit pas, dit saint Augustin, il faut les imiter ». Un rappel du P. Marie-Antoine qui ajoute : les enseignements, l’exemple de Marie-Madeleine sont tous renfermés dans les cinq mots qui résument sa vie, et d’ailleurs le livre : Conversion, Pénitence, Prière, Apostolat, Amour. L’amour étant le commencement et l’aboutissement des autres, il amena Marie-Madeleine en apôtre jusqu’en terre de France, dans cette Provence où le P. Marie-Antoine vint souvent en apôtre et en pèlerin.


Il lui a dédié à Lourdes, en souvenir de la Sainte-Baume, l’une des deux grottes sur le Chemin de croix de la montagne, offrant ainsi, à celle qui est « l’humanité réparée », la dévotion des pèlerins venus aux pieds de l’Immaculée-Conception, « humanité préservée ».


Notons que c’est à la grotte de sainte Marie-Madeleine à Lourdes qu’a eu lieu le miracle, par le P. Marie-Antoine priant trois Ave Maria, de la guérison de la maman aveugle mère de trois enfants, illustré par un vitrail de la Basilique de Notre-Dame de la Trinité à Blois (se reporter à « Prier avec les Trois Ave Maria » du P. Marie-Antoine, paru aux Éditions du Pech).


 

 

                                                                                                  

 

 

 

 


Date de création : 01/06/2015 00:30
Dernière modification : 01/10/2017 14:19
Catégorie : Son œuvre rééditée
Page lue 894 fois


Prévisualiser Prévisualiser     Imprimer l'article Imprimer l'article


Association pour la mémoire du Père Marie-Antoine de Lavaur (APMA) 25 rue de la Concorde, 31000 Toulouse. Tél : 05 61 62 65 81. Présidente : Jacqueline Baylé.


^ Haut ^